Découvrez le projet en vidéo
Le projet en Photos
Voir toutes les photos
FAQ
Quelle est l’utilité de la création de la Société du Métro Léger de Sfax, en l’absence d’un métro en état d’exploitation ?
Il est utile de préciser que la société a été créée le 23 juillet 2015, le Président Directeur Général a été nommé au cours du mois de mars 2016. La société a démarré effectivement ses activités après la réunion du 1ier conseil d’administration en date du 17 mai 2016. La création de la société constitue une concrétisation de la volonté politique à réaliser le projet, tout en lui allouant les crédits d’engagement.
 
La société a été chargée des missions suivantes :
  1. œuvrer à l’exécution du projet d’un réseau de transport en commun en site propre, par la réalisation des études d’avant-projet sommaires et détaillées, des différentes tranches du projet, assurer les travaux, acquérir les équipements et tout ce que cela requiert : élaboration des cahiers de charge administratifs et techniques, des cahiers de charge référentiels, des appels d’offres internationaux, l’évaluation des offres, l’attribution des marchés, la validation des livrables  des études, le suivi de l’exécution des travaux, la réception des équipements.
  2. Assurer toutes les interventions concomitantes à la réalisation du projet : libération de l’emprise et déviation des réseaux publics.
  3. Conclure les accords relatifs au financement du projet. Il est à signaler que certaines instances internationales de financement imposent l’existence d’une institution remplissant certains critères et conditions de gestion et de gouvernance, pour conclure ce genre d’engagement.
  4. Faire évoluer l’organigramme de la société et constituer le noyau d’une équipe de travail pour assurer la bonne marche de la société et sa pérennité, au cours de la phase d’exploitation.
     
Le meilleur moyen le plus efficace pour accomplir toutes ces tâches est donc de créer une société. Il s’agit d’une démarche conventionnelle dans les grands projets partout dans le monde, vu leur complexité, à l’instar de ce qui a été accrédité en Algérie (société du métro d’Alger), ou du Maroc (Rabat, Marrakech, et actuellement, le tramway de Tanger et dont la société chargée de l’exécution a été créée en 2010, tandis que l’exploitation de la ligne est prévue pour 2019), il en est de même pour la ville de Bilbao en Espagne et de Grenoble en France.

 

Le métro de Sfax est un projet qui date depuis des décennies et nous sommes encore à la phase des études ?
Il est vrai qu’un métro à Sfax est une revendication populaire qui date depuis longtemps, mais le projet n’a été officiellement adopté qu’en 2015, date de la création de la société, suite à une étude de faisabilité réalisée par un bureau d’études durant la période 2011-2014. La société a démarré ses activités relatives à l’exécution du projet en juin 2016.
 
Quant aux études d’avant-projet sommaires et détaillées, et dont le marché a été conclu le 20 février 2018, il est à signaler qu’il ne s’agit pas d’études pour décider ou non du projet, puisque le projet du métro léger est devenu une réalité concrète, il s’agit plutôt d’études définitives précédant les travaux et l’acquisition des équipements. Ce sont essentiellement des études topographiques, géotechniques de la ligne, de transport et de circulation, d’intégration, économique et sociale, en plus des systèmes de signalisation, de billetterie, de synchronisation des voyages, des systèmes d’entretien et de sécurité, en plus des spécificités techniques de l’infrastructure, des équipements, du ravitaillement en énergie, et des aspects urbains et esthétiques, de façon générale, tout ce qui affère à l’installation de la ligne de métro et à son exploitation.
 
C’est pourquoi le projet d’un réseau de transport en commun en site propre, dans le grand Sfax, est considéré l’un des projets complexes techniquement et coûteux financièrement, et pour lesquels manquent les compétences nationales de référence, vu le chevauchement des spécialités. La réalisation de ce projet – du stade de la conception à la phase de l’exploitation - nécessite donc une dizaine d’années étalées comme suit :
  1. étude de la faisabilité économique et sociale du projet, de sa viabilité technique et financière. Cette étude a été réalisée au cours de la période 2011-2014.
  2. Validation par l’Etat Tunisien du projet en fonction des aboutissements des études de faisabilité, ce qui s’est réalisé au cours du Conseil Ministériel du 14/09/2014.
  3. La création d’une société qui supervise d’abord la réalisation du projet à travers l’élaboration des cahiers de charge, la signature des contrats des études et des travaux, l’acquisition des équipements et du matériel, le suivi des contrats d’exécution, la rémunération des intervenants, ensuite, la phase d’exploitation. Ceci a été réalisé le 23 juillet 2015. Un Président Directeur Général a été nommé au cours du mois de mars 2016. La société a commencé effectivement ses activités après la 1ière réunion du conseil d’administration, le 17 mai 2016.
  4. Elaboration des cahiers de charge techniques et des cahiers de charge référentiels, l’organisation d’un appel d’offre international pour conclure un contrat avec des bureaux d’études internationaux afin de réaliser les études d’avant-projet sommaires et détaillées, de préparer les dossiers des appels d’offres des équipements, du matériel et des travaux. Malgré la nouveauté de la société, elle a réussi à conclure le 1ier marché, dans un délai record, le 20 février 2018, après une participation massive des plus grands bureaux d’études internationaux et tunisiens.
  5. Approbation des études d’avant-projet sommaires et détaillées, des dossiers d’appel d’offres. En effet, les études ont débuté le 26 février 2018, et l’on s’attend à la validation des aboutissements des études d’avant-projet sommaires à la fin de 2018 et des études d’avant-projet détaillées à la fin de la 1ière moitié de 2019, pour publier les avis des appels d’offres relatifs aux équipements, au matériel, et aux travaux, à la fin de 2019, afin que démarrent les travaux et l’installation des équipements et du matériel, au début de 2020 et jusqu’à 2022, date d’exploitation de la 1ière ligne.
  6. Conclusion des accords de financement du projet, en se référant au coût réel qui sera déterminé suite aux livrables des études d’avant-projet sommaires et des hypothèses retenues pour l’intégration de la 1ière ligne à son environnement, en tenant compte de toutes ses composantes. Le Ministère du Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale est chargé de ce dossier, en coordination avec l’autorité de tutelle et l’administration de la société. L’on s’attend à l’achèvement des accords de financement à la fin de 2018 ou au début de2019, au maximum.
  7. Libération de l’emprise du projet et déviation des réseaux publics en s’appuyant sur les livrables des études des avant-projets sommaires et détaillées, interventions prévues par ailleurs pour le début de 2019.
  8. Suivi des travaux, acquisition du matériel et des équipements et vérification de leur conformité aux cahiers de charges.
  9. Lancement de l’exploitation de la 1ière ligne avec tous les services qui lui sont rattachés, et ce en parallèle avec l’adoption de la même démarche pour le reste des lignes programmées, en fonction du calendrier et des phases d’exécution. A titre d’exemple, il est supposé que les procédures et les phases de réalisation la ligne 2 commencent à partir de 2020.
Prétendre un retard d’exécution et avancement des travaux.
La société a fixé un calendrier précis de l’exécution du projet et surtout de la 1ière tranche constituée par la ligne T1. Il suffit de signaler que l’administration de la société est parvenue, au cours des premiers 16 mois de sa constitution, à achever les cahiers de charge administratifs, techniques, référentiels, à organiser un appel d’offres international, à clore la phase de sélection initiale – tâche agréée par la Commission Supérieure de Contrôle et d’Audit des Marchés Publics.

Le marché a été conclu le 20 février 2018. L’ordre de service des études d’avant-projet sommaires a été notifié le 26 février 2018. Ce sont des études importantes précédant les travaux, conventionnelles aux projets similaires, dans tous les pays. Il est prévu que les études d’avant-projet sommaires et détaillées, la préparation des appels d’offres, s’étalent sur 18 mois, couronnés par un appel d’offres international pour sélectionner les entrepreneurs en vue de l’exécution des travaux, et les fournisseurs pour l’acquisition des équipements, à la fin de 2019, pour que débutent les travaux en 2020, c’est que l’exploitation de la 1ière ligne commencera en 2022. Il s’agit de délais raisonnables pour ne pas dire records, que beaucoup d’experts étrangers ayant visité la société, ont apprécié. Aucun retard n’a été constaté jusqu’à aujourd’hui.
 
Il est à signaler aussi que l’administration de la société a réussi l’achèvement de beaucoup d’autres dossiers, surtout le système de gestion intégrée, qui sera totalement exploitable à la fin de 2018, ce qui constitue une concrétisation de la bonne gouvernance dans la gestion administrative et financière.